Bernard Privat

Ces portraits d’humains subissent le passage du temps comme nous tous.

 

Je mets en lumière les petites gens, les personnes qui vivent à l’ombre de leurs existence, celles et ceux que la vie n’excite plus.

Comme le dit si bien Anne Billon, au hasard d’une feuille, presque rien, on s’interroge dans le regard, la surprise d’être là .